Vergers Latapie St Marcel, pommes, cidres, agneaux
 
Présentation
Pommes
Paniers (ESAT)
Jus de pommes
Cidre
Agneaux
Comment acheter ?
Témoignages
Contactez-nous
Où nous trouver ?
Photos
Bataille de St Marcel 70 ans


AB, certifié agriculture biologique



70 ans ! Commémoration de l'anniversaire
de la bataille de Saint Marcel


Les 70 ans de la bataille de Saint Marcel, du champ de bataille au verger, récolter la mémoire.

1944-2014

Un lieu historique :




Le 18 juin 1944, éclate la bataille de Saint Marcel, qui se concentre autour du château des Hardys Béhélec, le Bois  Joly, et près du château de Sainte Geneviève. Demeure familiale, de la fondatrice des nos vergers, Suzanne Latapie.

Une femme au courage exceptionnel : (1918-1992)

Suzanne était une femme dynamique et enthousiaste,  qui a marqué les gens du pays. Pas seulement, par son vécu pendant l'occupation, mais aussi  pour son dévouement envers les autres, avant, pendant et après la guerre. Femme intelligente, et passionnée,  qui a su vaincre l'horreur des camps de concentration. Devant la barbarie, Suzanne écrit :
« Si nous étions devenues des brutes comme eux, je pense qu'ils auraient gagné, mais nous avons conservé nos sentiments humains de solidarité et d'entraide, et nous les avons vaincus. »

Sa formation d’infirmière lui aura permis de soigner de nombreux maquisards et parachutistes dans la cuisine du manoir familial. Ce 18 Juin, devant l'assaut, au Château de Ste. Geneviève Suzanne Bouvard (Latapie) part à travers champ avec ses nombreux neveux pour rejoindre Malestroit. Le lendemain, elle sera faite prisonnière, près de Ste. Geneviève, puis  transférée  ensuite à Vannes, pour un pénible interrogatoire,  avec sa cousine Annic. Elles seront  déportées en Allemagne, au camp de femmes à Ravensbrück.

Dans les camps de l'horreur, elle rencontre entre autres,  Violette, (Simone Séailles) femme belle et très moderne pour son temps,  fortement engagée dans la résistance, qui  donnera sa vie, pour sauver Suzanne.

Violette, la  portera sur elle, l'assistant, lui trouvant à boire, l’encourageant... pour éviter qu'elle soit tuée. Lors de l'évacuation des camps, par les nazis, les prisonnières ont marché jusqu'à la Tchécoslovaquie où, elles seront libérées par l'armée russe. Mais Violette ne survivra pas.

 Le 14 Juillet 1945, le  frère de Suzanne,  Michel  Bouvard, officier  de l'armée de l'air, de Saint Cyr, va chercher sa sœur et la  ramène au Château de Coetbo à Guer, chez sa tante. Sa maison d'enfance, le château de Sainte Geneviève, ayant été  brûlé en représailles, suite à la bataille, du 18 juin 1944.
Après un long rétablissement, elle devient enseignante, puis  directrice d’une école d’arts ménagers. Habituée à une vie citadine « confortable », elle fait le choix, de revenir vivre, à  la terre, à l’heure de l’exode rurale.

Avec beaucoup de courage , elle s'installe comme agricultrice, à Saint Marcel,  et devient la fondatrice de nos vergers.Diplômée en agriculture, elle plante en 1950 les premiers pommiers en haie fruitière, là où 6 ans plus tôt les combats ont fait rage.

 Son attachement à la dignité de la personne est resté dans les mémoires, de tous ceux qui l'ont connu, et elle est toujours  aujourd'hui le pilier de notre éthique. Femme droite et altruiste, elle a servi les siens en tant qu’élue de Saint Marcel, participant activement à la création du musée de la Résistance.

Elle a œuvré pour la reconnaissance de la femme en milieu agricole. Elle a été à l’origine du premier groupement de vulgarisation agricole section  féminine de Bretagne, le GVA de Malestroit,  lancé par le ministère de l’agriculture vers la fin de 1961.

Pierre Latapie, pionnier du bio


En 1955 Suzanne se marie avec Pierre Latapie, (1916-2005)  originaire de la Gironde, homme littéraire, érudit et avant-gardiste :

« Pour lui l'agriculteur est un acteur de santé, pour le bien de l'homme et de la terre»

C'était un passionné de la beauté de la création, approfondissant son savoir dans  la théologie, la philosophie, l'agronomie et la poésie.  Homme cordial, et travailleur, il savait donner du sens, à tout ce qu'il faisait.

Pierre et Suzanne Latapie par leur foi chrétienne, et leur  lutte pour le vivant, chercheront à faire une agriculture responsable et ils seront ainsi, parmi les pionniers de l’agriculture biologique dans le Morbihan.


Depuis plus de 60 ans, les Vergers Latapie produisent des pommes d’une qualité exceptionnelle selon les méthodes reconnues pour leur respect de l’environnement. Labellisées Agriculture Biologique, les pommes, cerises et  poires du Verger sont commercialisées en circuit court sous forme de fruits, mais également transformées en jus de pomme et cidre. Ils ont reçu plusieurs prix, véritable reconnaissance d’un travail sans concession.

Soucieux de l’équilibre du  végétal /animal, et pour une meilleure biodiversité, les vergers Bio Latapie élèvent un troupeau des brebis bio, dont la nourriture (foin et céréales) est  produite sur la ferme. Ces agneaux, de qualité gustative extra, régaleront  vos papilles.

Du blé noir, du mélange céréalier, du blé panifiable,; des prairies entourés de bocages...Les Vergers Bio Latapie sont une petite tranche de paradis.

Les frères Latapie ont repris avec passion, expérience et enthousiasme, cette ferme de Sainte Geneviève, LES VERGERS BIO LATAPIE, sont à taille humaine.

D'hier à aujourd'hui nos produits ont le goût du vrai, du beau, du bon et du bio.

Actuellement, l'équipe des VERGERS BIO LATAPIE porte un projet de vie qui développe l'éthique de notre fondatrice où la personne est à la première place, et l'économie au service du bien commun.


POMMES , cerises, poires BIO.

JUS DE POMME ET CIDRE BIO .
Caissettes d 'AGNEAU, merguez BIO





© 2007 Vergers Latapie - Ste Geneviève, 56140 ST MARCEL - Tel : 02.97.73.74.79
Accromédia : création de sites internet - Mentions légales - Crédits - Liens